Quand tu pars à ton autre maison.

L'emMÈREdeuse

Je le sais que je devrais me réjouir, que tu sois aussi bien avec papa qu’avec moi. Mais c’est pas le cas. Tu sais petit poulet, les adultes ont à ce gros défaut qui s’appelle l’égoïsme. Ça veut dire qu’on pense à nous, avant de penser aux autres, avant même de penser à ceux qu’on aime parfois.

Quand tu as commencé à aller dans ton autre maison, avec papa. Je souffrais, chaque minute, chaque seconde que tu passais loin de moi. Je retenais mon souffle, jusqu’à ce que tu reviennes. Quand tu quittais, j’avais la peur viscérale de ne jamais plus te revoir. De ne jamais plus pouvoir te serrer contre mon cœur et de sentir ton odeur de bébé. source photo : pinterest

Tu as grandit, puis est venu le terrible two et je vais l’admettre (même si c’est pas très joli à dire) j’en venais à avoir hâte…

View original post 487 mots de plus

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s